Tout le monde en parle: des propos de Bernard Gauthier

17 janvier 2017

Bernard Gauthier, ce syndicaliste de la Côte-Nord qui a été sur la sellette de la construction veut faire le saut en politique. Il a eu l’occasion de se faire entendre à Tout le monde en parle et son discours a fait réagir le Québec au complet.

Comme simple citoyenne, je pose un simple regard sur Bernard Gauthier et non sur «Rambo» comme je l’ai fait lors des audiences de la commission Charbonneau. C’est grâce à son passage à Tout le monde en parle de dimanche dernier qui m’a fait saisir toute la différence. J’écoutais et j’entendais ses mots pour crier les raisons pour lesquelles il veut faire de la politique. C’est son cri qui me perçait intérieurement et qui raisonnait comme un cri indien. À partir de ce moment, je comprenais que c’était Bernard Gauthier qui exprimait ce qu’une majorité silencieuse avait appris à se taire pour maintenir la paix et l’amitié et à se priver pour mieux s’offrir aux autres et à mieux se dépouiller pour mieux se faire adorer et respecter. Ce genre de cri est maléfique et déparalysant pour toutes les religions mais combien réconfortant pour les humains qui se réveillent pour maintenir le cap sur leur vie, leur communauté et leur territoire. A partir de ce moment, Bernard Gauthier m’a renvoyé à une réflexion bien profonde. Son cri venait du coeur et ce n’était pas un cri de guerre mais tout simplement un cri qui fait allusion à l’histoire même de notre Québec. Lorsque les européens sont débarqués sur le territoire de nos indiens, comment ont-ils pris possession de leur territoire? Jacques Cartier a planté une croix et au nom de l’amitié, de l’entraide et de l’ouverture et bien les indiens ont perdu leur terrirtoire. L’histoire semble vouloir se répéter face à la nation québécoise. Donc le cri du coeur de Bernard Gauthier a-t-il une valeur de protestation légale qu’on essaie d’abolir?

Comme simple citoyenne, je crois la poetede Sept-Iles a convoqué les mots éducation et instruction pour la région de Sept-Iles pourtant, il y a des coins de notre monde qui demandent plus d’éducation et plus d’instruction et on les insulte pas pour autant. C’est dommage ce qui arrive présentement dans nos pays démocratiques puisqu’on sent de plus en plus que l’ouverture sur tout diminue nos propres valeurs et capacités au point de crainte un futur affaiblaissement de notre démocratie et de ses valeurs qui permettent à un pays et à un peuple de ne plus se faire voler son territoire comme se fut le cas pour nos indiens. Les propos de Bernard Gauthier frappent justement le Québec. Pourquoi les jeunes décrochent de nos écoles? Pourquoi la radicalisation frappe la jeunesse partout dans le monde? Pourtant l’éducation en démocratie est disponible. Quant aux femmes qui ne parlent que de vêtements, coiffure et manicure et bien c’est une réalité pas seulement à Sept-Iles. Meme dans mon milieu, les femmes majoritairement n’aiment pas parler et entendre parler de politique sauf au temps des élections et encore. Une vérité qui choque mais qui est réelle. Il faut comprendre certaines personnes qui vivent trop dans la Lumière au point de s’aveugler.

Comme simple citoyenne, je ne sais pas quelle transformation qui s’est produite puisque Bernard Gauthier m’a donné tout un autre aspect de sa personnalité comparativement à celle que j’avais suivi à la Commission Charbonneau. Les hommes de la trempe de Bernard Gauthier fait sûrement une grande débarquation avec le modèle d’homme que nos sociétés actuelles exigent mais cet homme a-t-il le droit à son cri? Bien difficile à prendre puisqu’on a appris à nous faire taire pour toutes sortes de raisons. Au nom de la paix, de l’entraide, de l’amitié et de l’ouverture, il faut se laisser envahir et déposséder. C’est dur à prendre lorsqu’on sue pour vivre et assumer du même coup la survie des autres. Après le témoignage de Bernard Gauthier à Tout le monde en parle, je me suis demandée si j’étais anormale de vouloir garder l’intimité et le cap sur ma propre vie autant sur le côté financier que personnel. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Si tout le monde comprendrait le sens de cet adage et bien chacun se sentirait mieux dans son propre pays. Parlons d’éducation et d’instruction, et non de poésie. Combien de personnes connaissent les Lois de l’immigration de notre Québec et de notre Canada? C’est incroyable comment nos élus tiennent ses Lois inopérantes puisqu’elles contiennent une force et une puissance pour justement faire face à l’immigration illégale. Parlons d’éducation et d’instruction, combien de passeurs sont bien placés politiquement, économiquement et religieusement pour encourager les migrants à se mettre illégaux en territoire étranger tout en mettant la vie de ses humains en danger. Les migrants qui prennent la mer pour l’Europe sont des gens qui ont les moyens de quitter le chaos et le désordre de leurs pays pendant que les autres n’ont pas d’autre choix que d’y faire face. Pourtant, on accuse les Occidentaux de racisme et d’islamophobie au lieu de voir les vrais coupables de cette situation mondiale. L’histoire frappera plus que les propos de Bernard Gauthier puisqu’elle nous apprendra et je serai morte mes frères que la mondialisation de l’Islam s’est faite au nom de la paix, de l’entraide, de l’amitié et de l’ouverture mais oubliera ses nombreuses et innoncentes victimes de terroristes et de guerre religieuse. Pourquoi notre monde refuse de s’ouvrir à cette réalité une fois pour toute au lieu de chercher les vrais coupables partout ailleurs? Au nom de la paix, de l’entraide, de l’amitié et de l’ouverture, on envahit et l’histoire de monde se répête. On ne permet pas des invasions de domicile mais un territoire tu as la permission du monde entier pour le faire. Au point de se demander à quoi sert les Lois de l’immigration d’un pays lorsqu’elles deviennent inopérantes.

Simplecitoyenne

Réactions des dirigeants européens aux attaques de Trump

17 janvier 2017

Les commentaires de Donald Trump, futur Président des États-Unis concernant la situation politique européenne ont fait réagir Angela Merkel, la chancelière allemande et François Hollande le Président de la France.

Comme simple citoyenne, je pose un simple regard sur cette actualité sur les présumées attaques de Trump concernant la politique européenne. Donald Trump a tout simplement émis son point de vue concernant la politique actuelle de l’Europe. Ça fait réagir la chancelière allemande et le Président français! Tant mieux, la spontaénité de Trump a réussi à les éveiller puisque la politique européenne semble pris dans un certain étau et il vaut mieux y voir avant que cette position politique se reflète sur l’humeur de sa population. L’Europe finira-t-elle par reconnaître ses carences à temps?

Comme simple citoyenne, je crois les dirigeants européens, la chancelière allemande et le Président français considèrent comme des attaques politiques, le point de vue du futur Président des États-Unis, Donald Trump face à la politique européenne. Angela Merkel vient de répliquer à Trump: «les européens ont leur destin «en main» et François Hollande vient de retroquer: «l’Europe n’a pas besoin de conseils extérieurs». Quant à Manuel Walls, il considère les propos de Donald Trump comme «une déclaration de guerre» et on tremble devant la possibilité de voir l’OTAN se faire casser.

Comme simple citoyenne, je n’en reviens pas de voir le monde survolté devant la personnalité de Donald Trump. Le monde entier s’était habitué à la personnalité de grand orateur Barack Obama et par chance que la démocratie ne permet pas l’adoration, la vénération et la contuinité d’un dieu politique. Son départ présidentiel s’exigeait, la course présidentielle à la Présidence a donné le résultat. Hillary désigné pour assumer la contuinité de Barack a été défait par Donald Trump. C’est évident Barack n’a pas accepté ce genre de rupture politique et sa personnalité a servi de comparaison pour descendre la personnalité de Trump. La personnalité réfléchie et posée de Barack a tout simplement servi à un relâchement politique et les américains en ont ressenti les effets. Les preuves sont bien là puisque les faiblesses du système informatique ont eu gain de cause jusque dans la course à la Présidence. L’histoire de Snowden ça fait partie de la Présidentielle de Barack Obama et pour se montrer réfléchi il a refusé de renforcir la sécurité et la protection des systèmes informatiques étatiques. Maintenant, les États-Unis font face à un Président qui agit et réagit, au lieu de s’étendre dans de beaux et longs discours. Trump n’est pas Barack et Barack n’est pas Trump. Même l’Europe doit l’accepter.

Comme simple citoyenne, je pense ce qui se produit aux États-Unis présentement, on l’a connu au Canada avec la fameuse propagande de la peur d’Harper. Des artistes sont venues nous inculper leur peur, on a tout fait pour refuser de voir le parti libéral du Canada à l’époque hors du pouvoir. Suis-je la seule à voir ces gestes comme des attaques à notre démocratie? Ce qui se passe actuellement dans notre monde, ce ne sont pas seulement des attaques terroristes mais des attaques contre la démocratie. Trump tout comme Harper sont de bels exemples. Quant aux dirigeants européens, par chance qu’ils ne se font pas traiter d’inapte comme on a traité Donald Trump à la tête de la Présidence américaine. C’est à ce genre d’attaque contre la démocratie qu’il faut vraiment s’arrêter et non seulement s’arrêter à un seul point vue concernant son pouvoir politique venant du Président des États-Unis. Jamais on a vu un Président se faire noircir de la sorte avant même que débute sa Présidence. On refute même le droit à sa propre personnalité comme Président des États-Unis. Pourtant la différence de personnalité est un droit non violable. Espérons que la force de Trump avant sa Présidence lui permettra de mener une Présidence forte et appréciable puisque le dénigrement et le mépris le couvrent présentement. C’est pas beau en démocratie, on voit ça dans les pays antidémocratiques où on accepte difficilement un départ politique au point de nuire au nouveau arrivant. Pénible à voir et à entendre et j’ai peine à croire que ça se passe aux États-Unis d’Amérique.

Comme simple citoyenne, je n’ai pas peur de Trump et j’attends le temps pour juger de sa Présidence à la tête des États-Unis. Par contre, je prends conscience des attaques non pas seulement terroristes mais des attaques contre la démocratie et ses valeurs. La démocratie, c’est le peuple qui désigne qui doit être à la tête d’un pays, le résultat de cette désignation doit s’accepter et la durée d’un mandat à la tête d’un pays doit se respecter. L’élu sortant doit respecter l’élu qui entre et non de chercher à protéger sa propre contuinité politique.

Simplecitoyenne

Critiquons Trump sinon consultons pour retrouver nos esprits!

15 janvier 2017

Une journaliste du Journal de Montréal, journal du peuple ou populaire, s’est défoulée à descendre la nouvelle Présidence des États-Unis. Au point, de douter de l’intelligence des gens qui par principes démocratiques acceptent le départ d’un Président pour faire place à un nouveau Président. Lise Ravary a passé par la voix d’un journal populaire pour les inviter à une consultation psychologique.

Comme simple citoyenne du Québec, je pose un simple regard sur cette actualité qui dépasse l’éthique journalistique. Que se passe-t-il au niveau du journalisme? Que se passe-t-il au niveau de l’acceptation de la différence? Que se passe-t-il au nom des droits et de la liberté? Actuellement, si on refuse d’abaisser et de cracher sur la personnalité de Donald Trump, on nous recommande une consultation dans le but de nous reclasser et de nous reconditionner l’esprit: Ayons peur de Trump et jugeons sa Présidence même s’il n’est pas encore entré à la Maison-Blanche. Que nous demande ce genre de journalisme? De rejoindre les rangs de ceux qui n’acceptent pas la différence de personnalité et de rang social de Trump, mais de rejoindre au plus sacrant les rangs du grand orateur Barack Obama qui a eu l’honneur et la gloire de devenir Président des États-Unis.

Comme simple citoyenne, je demande que l’on cesse de mépriser ceux et celles qui par respect démocratique accepte la personnalité de Trump à la Présidence des États-Unis. La diversité ne doit pas juste servir à la race mais elle doit aussi s’appliquer au droit et à la liberté de la personne ce qui signifie que toute personne a droit au respect de son nom et de sa personnalité. Lorsque Barack Obama a laissé sous-entendre l’inaptitude de Trump face à la Présidence américaine et bien ce grand orateur élu au nom de l’unité à la Présidence des États-Unis a tout simplement fait virer son départ de la Présidence des États-Unis à la division et pire encore en affront à la démocratie et la politique américaine comme ça se voit tous les jours en pays antidémocratiques.

Comme simple citoyenne, je crois les vrais lucides sont ceux qui n’aiment pas adorer, vénérer et rassurer la contuinité des dieux politiques ou religieux. Je fais partie de ceux-là et je crois notre monde journalistique devrait se relire avant de chercher des inaptes parmi la population qui ne pensent pas comme leurs pensées et leurs écrits. Depuis la venue de Trump en politique américaine, on n’arrête pas de l’attaquer et de le mépriser et il n’a même pas débuté sa Présidence. Les grands orateurs ne savent que galvoder les droits et les libertés et nous en avons une grande preuve. La personnalité d’une personne est unique et le respect s’impose au lieu de chercher à la coller à des îcomes. Ça fait partie aussi de la différence que l’on réclame à tour de bras. Ce qui se passe actuellement aux États-Unis est la preuve qu’en démocratie, on permet à des personnalités différentes, je dis bien personnalité d’avoir accès à la politique. En démocratie, on doit au contraire blâmer les élus qui doivent quitter la politique et qui font des ruades pour assurer leur contuinité au point de chercher l’inaptitude de celui qui a remporté la course à la nouvelle Présidence et de chercher dans le popularisme les inaptes.

Comme simple citoyenne, je demande tout simplement à ceux qui comme moi ont applaudi l’entrée de Barack Obama à la Présidence des États-Unis de s’ouvrir leurs yeux et leurs antennes pour mieux comprendre et anlyser son départ qui laisse des séquelles sur la politique et la démocratie des États-Unis. Présentement, Barack Obama a rabaissé la politique et la démocratie américaine au même niveau que celles des pays antidémocratiques où la contestation des résultats d’un élection ou d’une Présidence est nécessaire et voulue. Le popularisme sert au moins à voir cette réalité tandis que le journalisme se plaît à vénérer, adorer et sécuriser la contuinité politique des élus devenus des dieux et des îcomes sacrées de la politique. Actuellement, on a une réponse aux jeunes décrocheurs, aux citoyens et citoyennes qui n’ont plus confiance envers leurs élus et leurs institutions politiques. On aime que nos beaux programmes d’amour, de pitié, de pauvreté et de victimisations où on compte autant politiquement qu’économiquenment sur la générosité et l’argent des autres pour stimuler nos vies.

Comme simple citoyenne, je regrette de voir une journaliste d’un journal populaire qui prend le droit de juger et de prescrire une visite chez un psy parce que certains citoyens et citoyennes respectent la personnalité de Trump en ne le comparant point à Obama et font confiance à la démocratie pour juger de sa Présidence lorsqu’elle sera terminée. Elle n’est pas commencée et faudrait se ranger du côté de Barack pour la mépriser et la juger. Il faudrait apprendre à Barack ce grand orateur que la personnalité d’une personne fait aussi partie de la diversité qui fait partie aussi des droits et liberté de la personne. Actuellement, nous vivons dans un monde où vraiment on se sert des droits et liberté en pays démocratiques pour mieux garder silence sur les horreurs politiques commis par des élus en pays antidémocratiques. Présentement, la démocratie et la politique des États-Unis vivent un départ présidentiel houleux et pénible et pas un journaliste semble le réaliser.

Comme simple citoyenne, je constate Lise Ravary, journaliste dans un journal populaire, Le journal de Montréal a tout simplement opté pour le comportement des Obama qui a désigné Donald Trump comme inapte à la Présidence des États-Unis par déception de ses insatifactions présidentielles. Barack a tout fait pour assurer sa contuinité politique et il a manqué son coup. Maintenant, il faut déclarer inapte ceux qui ne s’offensent pas face à la personnalité de Trump et encore moins face à sa Présidence. La politique et la démocratie en pays démocratiques nous commandent d’attendre la fin d’une Présidence pour la juger et la condamner. En pays antidémocratiques, on trouve toujours un bon moyen pour contester le résultat électoral ou présidentiel. Un genre de déchirement voulu et désiré entre le départ d’un élu et l’arrivée de l’autre.

Comme simple citoyenne populaire et universitaire, je constate que des dieux journalistiques existent autant que les dieux politiques et religieux. Ça fait partie de notre temps actuel mais le peuple a sa revanche puisqu’il y a des moyens de communications qui n’appartiennent plus seulement à des élites pour diffuser leur pensée de masse et en masse et c’est plus difficile au bon berger de surveiller son troupeau. Dommage que le journalisme atteingne le règne des dieux. Le peuple doit surfer entre trois principautés: politiques, religieux, journalistiques.

Simplecitoyenne

Refus d’un démocrate d’assister à la cérémonie d’investiture de Trump

14 janvier 2017

Le représentant democrate John Lewis vient d’annoncer son refus d’assister à la cérémonie d’investiture puisqu’il juge le millardaire illégitime.

Comme simple citoyenne, je pose un simple regard sur cette actualité qui offense notre Amérique du Nord. Vraiment, depuis le départ de Barack Obama à la Présidence des États-Unis, nous avons l’impression que la politique et la démocratique américaine descendent au même niveau que celles des pays antidémocratiques qui contestent à chaque élection la ligitimité du pouvoir élu afin de mieux assurer la contuinité du pouvoir en place. Pouvons-nous accepter ce genre de comportement politique en pays démocratiques? Le représentant democrate John Lewis accuse Donald Trump d’avoir été élu à la Présidence des États-Unis en toute illégalité. Des manifestations sont prévues pour mousser ce genre de propagande et de division en Amérioque.

Comme simple citoyenne canadienne, je n’ai jamais observé notre démocratie se faire rabrouer de la sorte. Il faut arrêter les démons qui dansent et prennent la parole pour le faire sous un aspect raisonnable et réfléchi. John Lewis devrait réapprendre avec serinité le vrai sens de la démocratie qu’il semble avoir perdu au sein de son parti démocrate. En démocratie, gouverne-t-on un pays pour l’intérêt général d’un peuple ou pour plaire et satisfaire qu’à une minorité? Dans notre monde actuellement, on inonde la démocratie de croyances politiques et religieuses pour assurer la contuinité des dieux politiques et religieux. C’est exactement ce que le peuple américain vit actuellement. Il a applaudi Barack pour sa grande entrée triomphale au nom de l’unité américaine mais le peuple américian vient de se faire trahir par son départ puisqu’il susicite l’illégitimité de la future Présidence américaine avec la complicité des médias.

Comme simple citoyenne, je trouve Donald Trump fort et fort vaillant puisque depuis le résultat de la course présidentielle, il est à sa table de travail présidentiel en plus de subir une pluie d’insultes et de mépris sur sa personnalité bien différente de Barack. Se battre pour les droits et libertés c’est aussi se battre contre les pluies accusatrices qui nous reprochent de ne pas être comme Barack le grand orateur qui par son discours a fini par faire une entrée triomphale et unifiante à la Présidence des États-Unis et qui fait subir son départ présidentiel au peuple américain dans les pires doutes et angoisses sur la politique et la démocratie des États-Unis. Barack Obama a pensé majorité pour atteindre la Présidence américaine et pour mieux s’en sortir il part en l’oubliant au point de susciter l’illégitimité de la future Présidence des États-Unis. Depuis toujours, on s’est référé à la puissance et la force des États-Unis pour les conflits de notre monde et maintenant on s’attaque à leur politique et à leur démocratie puisqu’un changement de cap à la politique des États-Unis s’impose afin de mieux protéger sa démocratie et ses valeurs démocratiques. Lorsqu’un pays n’arrive plus à protéger et sécuriser ses systèmes informatiques, à réduire sa Loi sur l’Immigration inopérante, à se victimiser lorsque la justice nous ordonne d’obéir et bien il faut renverser les comportements politiques afin d’obtenir des résultats différents. Aucun beau et noble discours ne peut en faire autant. On n’entre pas en politique pour se faire vénérer et honorer surtout pas en pays démocratiques et on n’en sort pas en essuyant nos larmes puisque la politique exige des réactions pour mieux viser l’intérêt général de sa population au lieu de tout faire pour se faire adorer et vénérer au point de susciter à notre départ des angoisses, des doutes, des peurs et des incitations aux manifestations. C’est incroyable et injuste pour ce qui se passe aux États-Unis, le seul pays où on a permis l’accès à un Président noir. C’est incroyable pour New-York une ville que j’adore parce qu’elle nous fair un rappel qu’il faut savoir pour vivre dans cette ville aimer frôler les autres et se frôler aux autres. En démocratie, il faut apprendre que seul le peuple peut juger d’une Présidence passée avant de juger sur celle qui commence. Barack Obama a bien de la misère à le comprendre et ça permis d’influencer des démocrates de son parti. Maintenant, la surprise frappe! Les démocrates se comportent comme des démons de la démocratie afin de protéger la contuinité politique de Barack au point de voir la nouvelle Présidence Trump illégitime. YES! Les journalistes et spécialistes applaudissent.

Simplecitoyenne

Froid en Europe: des migrants en meurent

14 janvier 2017

Le froid sévit en Europe et plusieurs migrants réfugiés dans des endroits de fortune en souffrent et en meurent.

Comme simple citoyenne québécoise, je pose un simple regard sur cette actualité honteuse et inhumaine puisque mes parents n’ont jamais abandonné des gens qui étaient sous l’emprise de tempête et de grand froid dans ma région natale du Kamouraska et je vous assure que je me souviens de ses années de mon enfance où les hivers étaient durs et longs. La grande route nationale bloquait pendant des jours sous la tempête et le vent et cette route longeait le fleuve et des gens y restaient coincer en attendant du secours. Ma mère commandait mon père qui se faisait parfois prier et elle l’avait toujours par le bon côté de sa grande dévotion pour le décider d’atteler le cheval à son traîneau pour arpenter la route afin de secourir les personnes paralysées par la tempête et le froid. Mes parents, des simples paysans du temps où on ne parlait même pas de droits et de liberté mais dont le coeur en réflétait le sens. Nous n’étions pas riches mais maman inventait toutes sortes de recettes pour nourrir le monde hébergé et trouvait toujours une place pour qu’il puisse profiter de la chaleur de notre vieille maison de pierres.

Comme simple citoyenne, je me permets d’accuser des gens pour la mort de ces personnes. D’abord les passeurs qui ont permis à ses migrants de rebondir en Europe. Ensuite les pays européens qui ont des lois sur l’immigration pour éviter de tels drames et qui tolèrent ce genre d’illégalité qui met en danger la vie et la santé des gens venus d’ailleurs par le biais de ces truands. C’est difficile à expliquer ce que je ressens face à une telle actualité. Ai-je de la pitié? Absolument pas puisque la pitié est un sentiment qui ne colle pas à la peau et que je refuse sur tous ses tons et nuances. Je suis vraiment choquée de voir comment on peut demeurer figer devant des illégalités qui conduisent à la mort des êtres humains. On a attiré ces gens et on a soutiré d’eux le peu qu’ils avaient pour mieux les abandonner non pas seulement à leurs souffrances mais à celle de se retrouver devant la température d’un pays qui peut donner la mort.

Comme simple citoyenne, je suis en colère puisqu’on galvaude les droits et libertés humains au point de tolérer les vrais coupables de ces migrants qui meurent sous le froid d’un pays étranger. D’abord les passeurs, les bateliers, les contre-bandiers et les trafiquants. Ensuite, les pays européens qui ont perdu le contrôle sur leur Loi de l’immigration au point de se voir envahir et déborder par ce genre d’illégalité qui met en péril la santé et la vie des êtres humains qui passent par ce genre de trafic pour atteindre l’Europe. Je fouille encore intérieurement, quel sentiment m’habite de voir des migrants dans une telle situation? Mon âme crie et hurle devant tous les voleurs de pays qui ont volé le pays à sa population et pendant que sa population souffre pour ce vol et bien d’autres quittent parce qu’ils ont les moyens de s’offrir aux passeurs afin de débarquer en toute illégalité sur le sol européen. C’est une chaîne inhumaine et depuis trop longtemps on la tolére et l’accepte.

Comme simple citoyenne, le froid qui sévit en Europe cause la mort à des migrants. Pitié, non mais consternation devant une chaîne inhumaine qui hante notre temps actuel. Premiers maillons de cette chaîne inhumaine: Chaos, désordre et vol de pays dans plusieurs coins de notre terre, élus irresponsables qui n’arrivent pas à stabiliser la politique de leur pays déstabiliser par des croyances politiques et religieuses radicales et qui poussent leur population à quitter vers des lieux meilleurs. Les maillons du centre, les passeurs de toutes sortes qui se mettent à la disposition des migrants pour mieux les dépouiller, mettre la santé et leur vie en danger. Les derniers maillons de cette chaîne, les pays européens qui ont perdu contrôle sur leur Loi de l’immigration au point d’accepter et de tolérer l’illégitimité des passeurs et de leurs victimes. Toute cette chaîne inhumaine est responsable de la mort de ces humains.

Comme simple citoyenne, je réfléchis devant le froid qui a donné la mort à des migrants en Europe et c’est mon âme qui se glace. Une chaine inhumaine a permis à ses gens de nous atteindre et personne n’ose la briser afin qu’elle ne serve plus à des passeurs à encourager leurs victimes à entrer illégalement ailleurs sans se soucier pour leur santé et leur vie. Laisser mourir de froid les migrants après les avoir aidé à entrer dans un pays en toute illégalité, il faut arrêter ce genre de comportement pour obtenir des résultats faisant honneur à notre humanité. Que les vrais coupables qui forment une telle chaîne inhumaine se reconnaissent et c’est ça mon cri au lieu de celui de la pitié. Une larme n’aidera pas à faire changer des choses qui doivent changer au plus sacrant. J’arrête avant de dire de gros mots. A force de dire pour tout et pour rien, battez-vous pour les droits et les libertés, on parvient à détourner notre regard des chaînes inhumaines qui offensent notre humanité.

Simplecitoyenne

Justin Trudeau devant le commissaire à l’éthique

13 janvier 2017

Le Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau s’explique devant la commission à l’éthique sur ses vacances des Fêtes passéees sur l’Île de Bells Cay aux Bahamas appartenant au riche prince Aga Khan.

Comme simple citoyenne, je pose un simple regard sur cette actualité qui demande une explication puisque la Fondation Aga Khan a reçu la contribution du Canada c’est-à-dire de l’argent des contribuables canadiens pour divers projets de développement international. Les Canadiens portent le flambeau de la générosité et de la tolérance mais le prix à payer pour ce genre de reconnaisance peut conduire à l’abus et à une confiance aveugle envers tout ce qui est intolérable et inaceptable.

Comme simple citoyenne, je crois les citoyens et les citoyennes de nos pays démocratiques occidentaux ne veulent plus se faire piéger par ce genre de reconnaissance mais cherchent à exiger de nos élus qui dirigent et gèrent notre pays de se connecter sur l’intérêt général de sa population et non à chercher des intérêts ou des rencontres qui bénéficieront au pouvoir politique d’un parti politique et surtout pas celui qui a atteint le pouvoir. Notre jeune Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau a fait deux mauvais pas en ce sens. D’abord, il a accepté de se joindre à des millardaires chinois pour un souper bénéfique pour le Parti libéral du Canada. Ensuite, il s’est envolé vers les Bahamas pour rejoindre un grand ami familial, le riche prince Aga Khan. C’est bien loin des intérêts du Canada mais bien proche de ceux du pouvoir d’un parti politique. Dans ce monde actuel, la politique des pays démocratiques occidentaux doivent se doter de moyens pour suivre son éthique afin de susciter une certaine confiance et transparence politique qui sont des éléments cruciaux à respecter afin de redonner confiance aux citoyens et citoyennes dans la politique et ses institutions, dans la démocratie et ses valeurs.

Comme simple citoyenne, je souhaite que tous les élus de nos pays démocratiques occidentaux comprennent qu’ils ont négligé l’intérêt général de leur population pour atteindre leur pouvoir politique. Actuellement, la population réagit en demandant un urgent changement de vision politique. Un pays ça ne se gouverne pas au nom d’une minorité mais bien au nom d’une majorité afin justement d’en protéger sa minorité. Actuellement, plusieurs élus cherchent éperdument à y déroger en invoquant toutes sortes de raisons pour mieux se faire adorer, vénérer et même assurer la contuinité politique même après leur départ.

Comme simple citoyenne, j’espère que notre Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau aura la décence d’admettre ses erreurs concernant l’éthique politique puisqu’actuellement les pays démocratiques occidentaux vivent une crise terrible à traverser avec la mondialisation de l’Islam. Avons-nous le droit de demander au Parti libéral du Canada d’écouter non pas seulement la générosité et la tolérance de sa population mais aussi de comprendre leurs inquiétudes et leur craintes face aux perturbations de notre monde où la politique et la démocratie des pays occidentaux se frottent avec les croyances politiques et religieuses des pays antidémocratiques qui mettent à feu et à sang plusieurs coins de notre monde. Avons-nous le droit au ralentissement de notre générosité et de notre tolérance afin de permettre à notre propre politique de prendre un changement de cap pour éviter de tomber dans le ravin de notre monde actuel ou l’incivilité, la barbarie et l’inhumanité viennent nous offenser et nous mépriser . C’est ce genre d’intérêt général que nos élus doivent comprendre afin de redonner la force et la puissance à la politique de tous nos pays démocratiques occidentaux. En démocratie, ce n’est pas un parti politique qui a le pouvoir mais il peut atteindre ce pouvoir et la responsabilité incombe à le faire au nom de l’intérêt général. Ce qui ne semble plus le cas depuis belles lurettes et pire encore, on a réussi ce tour de force par la culpabilité et l’imputation. Ce n’est pas le réveil du popularisme qui commande un changement de cap politique des pays démocratiques mais bien le réveil de ses citoyens et de ces citoyennes sans égard à leurs croyances politiques ou religieuses puisqu’on est en pays démocratique.

Simplecitoyenne

Président Donald Trump rencontre les journalistes

11 janvier 2017

Donald Trump a rencontré les journalistes en restant fidèle à sa personnalité qui le distingue grandement de celle d’un grand orateur.

Comme simple citoyenne, je pose un simple regard sur cette actualité que j’ai observée sur les ondes de notre grande société étatique, Radio-Canada à RDI. D’abord, j’ai été frappée par le ton de la voix de traduction française qui était bien loin de favoriser la personnalité de Donald Trump. Une voix saccagée et parfois difficilement compréhensible. Ensuite, les deux journalistes et un spécialiste de la politique américaine s’articulaient autour de la performance oratoire d’Obama au point de répudier Trump pour ne pas la posséder. Nous avions l’impression de ne pas être à une chaîne d’information continu mais à un tribunal pénal parce que Donald Trump n’est pas de la trempe de Barack le grand orateur, prédicateur et moralisateur politique qui sait attendrir par une larme.

Comme simple citoyenne canadienne, j’entendais les propos journalistiques et spécialistes sur cette sortie journalistique de Trump et je crois les journalistes ne sont pas prêts d’entendre et de comprendre le futur changement politique qui s’impose aux États-Unis. Trump, un millionnaire qui le voit et le comprend est bien mal vu comparativement avec un prédicateur et orateur politique qui aimait se faire applaudir et reconnaître par ses discours et ses oraisons à ne plus finir. Pendant que Trump essaie d’exprimer qu’il faut changer le cap de la politique et de l’économie américaine et bien les journalistes ne réalisent pas qu’il faut aussi un changement face à la diffusion et à la transmission de l’information. Le favoritisme, le militantisme et les préjugés doivent être bannis du journalisme qui a pour mission d’informer et de renseigner le monde sur ce qui se passe dans le domaine politique, économique et judiciaire. Je vous assure qu’aprés cette diffusion de la rencontre avec les journalistes de Donald Trump à notre société d’État payé par nos taxes, ce fut très déséagréable à entendre et à voir. Devrions-nous exiger de nos journalistes à oublier le règne de Barack pour mieux accueillir celui de Trump sans préjugé, sans comparaison et sans militantisme et favoritisme? Pourquoi on exigerait du respect présidentiel face au journalisme lorsque les journalistes deviennent irrespectueux face à une Présidence?

Comme simple citoyenne, je crois les médias devraient se mettre au changement aussi. Pourquoi ne pas nous offrir des personnalités qui savent diffuser l’information sans militantisme, favoristisme ce qui éviterait des comparaisons sur les personnalités politiques qui dans une démocratie doivent se suivre tout en ayant la liberté et le droit à la différence. Ce que nous faisons actuellement subir à Donald Trump comme nouveau Président américain est un affront à ce genre de différence de personnalité et de situation sociale. La démocratie accepte autant ses millionnaires que ses pauvres. Notre humanité deviendra bien meilleure lorsque nous aurons compris et accepter pas seulement la différence des races mais aussi la différence des genres, des personnalités et des manières de penser.

Comme simple citoyenne, je regrette les commentaires journalistiques qui nous rattachent au passé présidentiel du grand orateur Obama et qui plongent l’actuel Président des États-Unis sur la salette journalistique. On reproche à la politique ses frasques mais le journalisme devrait aussi se regarder dans le miroir. La politique et l’économie américaine ont besoin de grand changement et Donald Trump essaie par tous les moyens de le faire comprendre et accepter tandis que la masse des journalistes qui pensent en masse cherchent à la clouer au règne de Barack à la Maison-Blanche au point de reprocher à Trump de ne pas avoir la personnalité de Barack. Quelle tristesse! Par contre à Radio-Canada, il se trouve des journalistes qui se débarquent du favoritisme et du militantisme et le modèle de Julie Drolet en est un à suivre. Quant aux ex et spécialistes de toutes sortes qui viennent nous bourrer le crâne par leurs favoris et bien on peut s’en passer puisque ça produit la pensée de masse et en masse qui nous empêche de penser par nous-mêmes.

Comme simple citoyenne, je crois dans le journalisme il faut un changement de cap autant qu’il en faut dans la politique et l’économie et la justice de nos pays démocratiques. C’est l’heure du changement si on veut changer la situation actuelle de notre monde. Quelles différences entre les dieux politiciens et les dieux religieux? Aucune puisque dans les deux cas, ils prennent pour acquis que le monde doit les vénérer et les adorer. Réfléchissons un peu! Barack Obama est entré à la Présidence des É-U glorieux et son départ est marqué par de nombreuses ombres. Donald Trump entre à la Présidence des États-Unis dans un temps sombre et inquiétant mais en sortira-t-il sous un temps plus clair et plus inspirant? Seule la démocratie peut nous permettre ce genre de genre et de diversité. Raison de plus pour accorder un peu plus de confiance et de respect en la politique et la démocratie américaine.

Comme simple citoyenne, je souhaite pour ces raisons que l’on arrête de croire et nous faire croire que Donald Trump arrive à la Maison-Blanche pour tromper la politique et la démocratie des États-Unis. Le message s’adresse au journalistes abonnés à leurs icômes.

Simplecitoyenne

Courage de Justin Trudeau: Remaniement de son Cabinet

11 janvier 2017

Justin Trudeau vient de remanier son Cabinet et ce qui fait le plus jaser est la nommination de Christia Freeland aux Affaires étrangères, poste occupé par Stéphane Dion depuis l’élection de Justin Trudeau au pouvoir.

Comme simple citoyenne québécoise, je pose un simple regard sur cette actualité concernant notre politique fédérale. Présentement, j’entends un journaliste de RDI à Radio-Canada se pencher sur le cas de Stéphane Dion invincé du Cabinet Trudeau comme étant une pauvre victime de notre politique fédérale. Vous savez ce genre de journaliste ou le favoritisme ou le militantisme prenne la place sur la transmission de l’information. La politique doit avoir à sa tête des élus comme le jeune Justin Trudeau qui a l’audace et le courage d’apporter des changements à son équipe afin de mieux nous faire connaître et apprécier différentes personnalités politiques. Il faut la politique pas seulement de notre Canada fasse peau neuve mais celle de plusieurs pays occidentaux en ont aussi un grand besoin. Un vent politique de changement et d’innovation s’annonce et il faut être prêt à le suivre sinon la politique va continuer à dormir sur les vieilles chansons et les vieux masques d’un passé incapable de s’ajuster aux réalités politiques de notre temps actuel. Justin Trudeau a-t-il le nez assez fin pour l’avoir senti?

Comme simple citoyenne, je me réjouis du choix des personnalités fait par Justin Trudeau pour le remaniement de son Cabinet. Je félicite et j’applaudis ce genre d’audace. C’est certain, les fans politiques de Stéphane Dion se prosternent à ses pieds pour le consoler. Un genre de Dieu politique que l’on vénére mais en démocratie les dieux politiques doivent s’écraser devant celle-ci. Stéphane Dion m’a révoltée lorsqu’il a investi le Parlement pour ordonner à Stephane Harper alors Premier Ministre conservateur de sortir en se disant apte à le remplacer. Je déteste ce genre d’offense dans un pays démocratique et jamais au grand jamais en tant que citoyenne je n’accepterai un tel geste politique dans le contexte d’un pays démocratique et pourtant cet élu a continué d’arpenter notre politique. C’est ce genre de dieu politique qu’il faut se défier et je crois Justin Trudeau a compris avant qu’il soit trop tard.

Comme simple citoyenne, je tiens à féliciter notre jeune Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau pour son cran et fermeté politique. Notre politique actuelle a besoin de nouvelles figures et ça presse. Aprés tout, seuls les pays antidémocratiques tiennent à leurs dieux politiques que l’on vénère et respectent à la vie et à la mort. Donnons la chance à de nouvelles personnalités afin qu’elles puissent nous démontrer que la politique peut se faire de façons différentes. Depuis trop d’années, on persiste à reproduire que des anciens comportements politiques tout en nous faisant croire que les résultats sont différents. Notre politique semble s’ouvrir à de nouvelles façons de la faire et de la diriger afin de mieux nous éloigner des veaux sacrés de la politique qui la paralyse et la fige pour mieux se faire aduler. C’est ce son de cloche qu’il faut savoir entendre présentement dans les pays démocratiques puisqu’en pays antidémocratiques c’est courant ce genre d’idolâtrie ou d’iconolâtrie.

Comme simple citoyenne, je suis heureuse de voir l’année nouvelle qui nous apporte une telle fraîcheur politique puisque notre politique en a grandement besoin. En démocratie, on doit s’attendre à entrer en politique et à en sortir sans affront à celle-ci et envers ceux qui nous remplacent. Bye, Bye Stéphane Dion et Bravo Justin Trudeau pour votre courage et votre cran. Maintenant, on attend ce que nous apportera un tel remaniement, un vent de changement sûrement.

Simplecitoyenne

Réflexion sur le départ du couple présidentiel Obama!

8 janvier 2017

Barack Obama et sa femme Michele sont aux préparatifs pour quitter la Présidence des États-Unis. Un départ qui paraît long et épouvrant, au point de se demander si nous avons le droit et surtout la liberté de l’affirmer dans un monde qui applaudisse et admire un tel air de départ politique.

Comme simple citoyenne qui pose un regard sur cette actualité concernant le départ du couple Obama à la Présidence américiane, j’ai longuement cherché pourquoi mon regard ne rejoint pas la majorité concernant cette actualité politique des États-Unis. Notre monde actuel fait face au terrorisme programmé au nom de l’Islam, et nous pouvons l’observer comme un vrai retour à la barbarie, à l’inhumanité et à l’incivilité. Comment peut-on arriver à faire la morale aux pays de droit et de liberté pour un combat pour la liberté lorsque les grands orateurs moralistes de la trempe du couple Obama n’arrivent jamais à avoir le courage et la force de faire connaître et apprendre le droit et la liberté à ceux qui n’en comprennent absolument pas son sens puisqu’ils sont accrocs à leurs croyances politiques et religieuses qui briment et oppriment pas seulement la liberté mais leur propre liberté. Le terrorisme qui plane au-dessus de notre monde actuel provient de principes politiques et religieux intolérables en démocratie. Intolérable ce qui signifie qui ne peut pas se produire sans que notre monde réagisse dans notre Occident de droit, de liberté et de démocratie. Comment des élus peuvent-ils arriver à faire la morale à notre jeunesse occidentale pour se battre pour leur liberté tout en acceptant une guerre de religion interne qui affecte notre monde et qui permet à l’Islam sa mondialisation?

Comme simple citoyenne, je crois le couple Obama lors de son départ de la Maison-Blanche profite de l’occasion pour faire une grande morale aux pays occidentaux démocratiques pour mieux nous faire accepter les irresponsabilités des élus des pays antidémocratiques qui se servent de nos lois pour mieux nous amener à croire que nous sommes les vrais responsables de leurs croyances politiques et religieuses qui offensent et rentrent en conflit avec les droits et libertés humaines et avec la démocratie des pays qui l’endossent.

Comme simple citoyenne, je me suis toujours débattue pour garder le contrôle sur ma vie et sur les responsabilités qui viennent avec. Même sur ma santé, puisque les médecins dieux je les ai toujours balancés et même si j’inspire l’inaptitude pour certains et bien pour d’autres ils m’accordent tout leur respect et leur fierté. Notre monde actuel a besoin de se faire dire ses vérités et non se faire raconter des grandes fables politiques ou religieuses. En Occident, on doit se tenir debout pour dire un non à tout ce qui n’est pas acceptable et intolérable. A force de se faire prêcher ou de prêcher la tolérance sous tous ses angles et bien on finit par se tromper de pays lorsqu’on veut une humanité meilleure avec plus de droits, de liberté et d’accès à la démocratie. La diversité c’est beau et cultivable quand une minorité décide de ne pas devenir victime de l’encadrement de la majorité. La tolérance envers les religions c’est beau et chacun doit s’efforcer pour se respecter mutuellement. Avant de tenir de tels discours, il faut exiger cette même volonté dans chaque religion. Actuellement, notre monde est en guerre de religion. Au nom de deux croyances religieuses dans l’Islam entre sunnites et chiites, elles permettent ainsi à la mondialisation de l’Islam par le phénomène accentué de l’afflut de migrants. Chut! Chut! Il faut le voiler et il faut l’accepter au nom de la diversité et de la tolérance des religions. Et pire encore, dans un monde où le silence ne sert plus de cachette politique et religieuse on attend toujours après l’histoire pour nous révéler les faits cachés mais vécus.

Comme simple citoyenne, je souhaite que dans notre monde actuel, de ne pas attendre après l’histoire pour nous dévoiler les moyens déployés par certains élus pour anesthésier notre esprit face aux réalités de notre monde. Toutes vérités ne sont pas bonnes à dire comme si le peuple était de simples enfants à qui il faut raconter des fables et à se faire garder et guider comme peut le faire un bon berger avec ses moutons. Il faut un changement de cap politique actuellement afin de susciter un réveil pour tout notre Occident. Sous notre aveuglement de diversité et de tolérance envers les religions, je crois ça va demander beaucoup, beaucoup d’effort pour nous affirmer puisque le tort ne nous revient pas juste à nous, Occidentaux pour ce qui se passe actuellement dans notre humanité. La puissance du commerce et de la consommation des drogues attirent nos jeunes vers la propagande de la radicalisation. De plus, les croyances radicales politiques et religieuses se servent de nos droits et liberté en pays démocratiques pour les attirer dans un tel gouffre. Au nom de la liberté, notre jeunesse rejoint ses groupes politiques et religieux. Il faut se réveiller à ce genre d’envahissement sinon notre jeunesse au nom de la diversité et de la tolérance des religions vont finir par atteindre l’incivilité, la barbarie et l’inhumanité qui percent notre humanité. Une humanité meilleure doit s’adresser davantage aux pays qui offensent les droits et libertés humaines et qui méprisent la démocratie et ses valeurs. Il faut adresser ce discours aux bonnes personnes afin de cibler les vrais mépriseurs de nos droits et libertés et de la démocratie afin de ne pas semer de confusion entre ce qui doit être acceptable et inacceptable et ce qui doit être tolérable et intolérable.

Comme simple citoyenne, j’aurais aimé voir Michele et Barack Obama s’adresser aux inciviles, aux barbares et aux inhumains de ce monde au lieu de faire la morale à un pays démocratique comme les État-Unis. Le couple Obama avant de quitter la Présidence des États-Unis a presqu’envoyé un message culpabilisant pour sa démocratie et sa politique. Doutes, angoisses, insatisfactions et moralisations marquent le départ des Obama à la Présidemce des États-Unis. Personnellement, je crois les États-Unis auraient aimé un départ plus appréciable et plus honorable de la part de Barack Obama à la Présidence américaine. Un homme perturbé et perturbant pour son départ présidentiel et qui divise le pays. A qui la faute? A une présidence passée, à une présidence avenir! Non et non, à celle qui était en place et qui quitte plein d’insatisfactions. Arrêtons les fables et les grands discours moralistes pour nous en dessuader.

Simplecitoyenne

Dernier discours de Michele Obama!

7 janvier 2017

Michele Obama a opté de donner son discours avant le départ de la Maison-Blanche. Elle a prêché aux américains, la diversité et la tolérance envers toutes les religions. Et demande aux jeunes de se battre pour la liberté.

Comme simple citoyenne, je pose un simple regard sur cette actualité qui situe les États-Unis d’Amérique dans une position presqu’identique aux pays antidémorcratiques d’après Michele Obama. C’est pas beau puisque nous devenons en Occident presque responsables systématiquement de toutes les irresponsabilités des pays qui fustigent la liberté et la démocratie. Dommage, Michele Obama quitte la Maison-Blanche sur le même pas de danse que son mari Barack Obama. Les États-Unis d’Amérique sont loin du racisme et de l’intolérance envers les religions. Je crois Michele Obama s’est trompé de pays pour prêcher la diversité et la tolérance envers les différentes religions. Pourquoi pas savoir se tourner vers ce qui est vraiment intolérable actuellement. Les Occidentaux sont-ils vraiment responsables de la guerre de religion qui se fait actuellement entre chiites et sunnites? Sont-ils vraiment responsables des irresponsabilités politiques et économiques des pays qui sont volés à leur population dans bien des coins de notre planète? Sommes-nous dans un ère d’envahissement occidental au lieu d’exiger des pays antidémocratiques d’arrêter de voler leur pays à leur population au nom de leurs croyances politiques ou religieuses? Des dieux politiques et religieux en démocratie sont condamnables.

Comme simple citoyenne, je trouve pitoyable de voir le départ de Michele et de Barack Obama de la Maison-Blanche. La Présidence de Barack Obama aura-t-il tolérer l’insatisfaction au point de ne plus se rendre compte qu’elle était bien présente. C’est ce reflet politique que ce couple présidentiel donne sur le coup de son départ. Qui applaudit le discours de Michele Obama? Ceux qui aiment se faire dicter une morale par des dieux religieux ou politiques.

Comme simple citoyenne, j’aurais aimé voir Michele Obama optimiste face à la politique et à la démocratie des États-Unis qui ne doivent tout de même pas accepter de supporter toutes les misères et les horreurs des pays qui maltraitent leur population et qui n’arrivent même pas à procurer des endroits pour les besoins hygiéniques de . Arrêtons de prendre l’Occident responsable pour toutes les irresponsabilités des élus de pays qui refusent la liberté et la démocratie à leur peuple. L’appel de Michele Obama fait aux jeunes pour se battre pour la liberté en Occident n’est sûrement pas le bon moment choisi pour le faire. Les jeunes américains comme tous les jeunes des pays démocratiques vivent actuellement avec les conséquences du trafic et de la consommation des drogues et c’est plutôt urgent de les avertir de s’en éloigner et puis nos jeunes sont sollicités par la propagande pour sauver le monde et le transformer par le biais de la radicalisation.

Comme simple citoyenne, j’aurais aimé que Michele Obama remercie le peuple américain point final au lieu de faire sa grande moraliste. C’est clair et précis, elle se prépare à devenir un fantôme politique qui essaiera de hanter la politique et la démocratie des État-Unis. Le départ du couple Michele et Barack Obama est pénible à voir et à entendre et plus pénible encore les médias essaient de nous enligner sur ce beau couple politique sans nous permettre de prendre conscience qu’il quitte la Présidence remplit d’insatisfactions parce que justement il a été trop tolérant face à leurs propres insatisfactions. Bye Michele et Barack et laissez le monde vive en toute liberté sans vos beaux et grands discours qui ne sont que des vernis pour nous faire oublier les réalités de notre monde actuel. Ayons confiance à notre jeunesse au lieu de nous faire applaudir par la morale que nous leur faisons. Les jeunes occidentaux connaissent la liberté et la démocratie et on se doit de leur permettre d’avoir confiance en eux et non de se battre ou de se battre avec les autres dans un monde actuel de croyances radicales politiques et religieuses.

Simplecitoyenne

12345...161